Jack Robinson, dans son home studio, avec Pierre Emberger

STUDIO JACK cad +

L'Ami

J'ai connu Jack Robinson en 1965. Je faisais un gala pour la promotion de mon album sorti chez Philips, à l'école Normale Sup, rue d'Ulm, à Paris.

Au lieu de jouer mon répertoire, j'avais décidé de reprendre les chansons d'étudiants et de salle de garde avec mon banjo à 5 cordes, dans le plus pur style country-folk. J'ai fait un triomphe, mais surtout, j'ai rencontré Jack qui était tout étonné de découvrir un français capable de jouer ce style à la manière des américains.

Jack m'a donné le coup de pouce décisif dans la promotion de mon studio CBE, en amenant, avec son copain Lee Hallyday, Johnny Hallyday en 1967. J'ai donc enregistré le premier "tube" de CBE, "Amour d'été", adaptation de "Love me tender" de Elvis Presley, qui a été le tube de l'été 1967 de Johnny, sur un arrangement de Micky Jones et Tommy Brown.

Ensuite, nous avons produit ensemble le chanteur Gilles Marchal, que j'avais découvert ...au régiment. Jack a eu le don, entre autres, de trouver les chansons qui allaient devenir des tubes et faire de lui une vedette.


 Pierre Emberger, auteur de l'article de Keyboard Recording, mais aussi musicien et compositeur de grand talent